Philippe Poullaouec-Gonidec commente le problème des haltes routières au Québec

- Architecture de paysage

Les haltes routières des autoroutes du Québec ne sont pas attrayantes alors qu’elles cachent souvent des bijoux du paysage québécois – rivières, falaises, chutes – qui, mis en valeur, pourraient attirer les touristes. Les haltes sont des lieux oubliés de nos parcours et nécessiteraient des améliorations majeures.

Alors que le ministère des Transports incite les automobilistes à s’y arrêter pour des questions de sécurité, ces lieux vétustes ne présentent aucun attrait. Selon Philippe Poullaouec-Gonidec, le ministère des Transports devra changer d’approche et s’attaquer à ce problème. « À part deux ou trois cas récents, l’ensemble des haltes routières est à repenser », dit-il. Et la réflexion devrait se faire entre le ministère et les collectivités locales, selon lui. « On pourrait mettre en valeur le territoire, faire différentes choses. Faire des expositions, des projets d’architecture, de jardin ou de land art… Pour qu’on ait le goût de s’arrêter. Pour que ce soit un plaisir de prendre l’autoroute et pas une corvée. » 

Le MTQ a entrepris un projet visant à gérer les haltes routières ; projet salué par Philippe Poullaouec-Gonidec qui le considère toutefois insuffisant.

Lire l’intégralité de l’article dans Le Devoir